Archive for the ‘Non classé’ Category

Le Talentueux M. Ripley

13 mai 2010

Le Talentueux M. Ripley, film de 1998 d’Anthony Minghella.

Tout commence à New York, lorsque Tom Ripley (Matt Damon) emprunte à l’un des pianistes qu’il remplace lors d’un concert, la veste sur laquelle est cousu l’emblème de la prestigieuse université, Princeton. C’est à ce concert où il rencontre Hubert Greenleaf, riche constructeur de bateaux, qu’il va commencer à mentir, en prétendant avoir été à Princeton en même temps que le fils de ce dernier.   

Pris de sympathie pour Tom, Mr Greenleaf le charge, pour la somme de 1000 dollards, d’aller chercher son fils en Italie et de le ramener en Amérique pour qu’il cesse de dilapider sa fortune.

Tom se rend donc en Italie et fait la connaissance du fils de Mr Greenleaf, Dickie (Jude Law) et de sa petite amie, Marge (Gwyneth Paltrow).

Ils deviennent amis, Tom tombe amoureux de Dickie, le tue, et c’est à partir de ce moment qu’il s’engouffre dans une spirale de tromperies et de meurtres. Il se met à lui usurper son identité, en s’habillant comme lui, en se coiffant comme lui, et en allant même jusqu’à copier ses expressions; il excelle dans l’art de l’imitation,du mensonge et de la tricherie, il le dit lui-même à Dickie.

Matt Damon est parfait dans le rôle de l’imposteur, cachant bien son jeu sous sa timidité et ses nombreuses maladresses et les deux personnages principaux se ressemblent tellement qu’on finirait presque par les confondre. Quand à Jude Law, il est si beau qu’on en bave !

Gwyneth Paltrow est attendrissante dans le rôle de la petite amie potiche, prête à suivre son petit ami coureur de jupons jusqu’au bout.

L’intrigue du film est tellement réussie qu’on arrive même à oublier les petits détails tels que le rythme du film assez lent ou les dialogues quelques fois inutiles; mais on reste malgré tout pendu à l’écran et pris de surprise à chaque nouveau meurtre.

On finit par conclure que ce Mr Ripley a décidément beaucoup de talent !

Publicités

Un prophète

19 avril 2010

Je viens très récemment de voir  » Un prophète », film réalisé par Jacques Audiard et ayant reçu pas moins de 13 nominations en 1 an.

Ne pouvant plus supporter les  :  » Quoi t’as toujours pas vu « Un prophète » ?!  » je me suis ardemment armée de ma carte vidéo futur et j’ai loué le film.

Mon verdict : ce film est un bon film, mais à mon humble avis, 13 nominations c’est un peu beaucoup !

Tahar Rahim, dans le rôle principal est, il faut l’avouer assez excellent. Il joue le rôle de Malik El Djebena, condamné à 6 ans de prison en Corse et qui tombe entre les mains d’un gang de prisonniers régnants sur les lieux.

Malik  se verra confier des missions, il apprend vite et fini par prendre ses propres initiatives.

Les principaux thèmes abordés dans le film sont la drogue et l’extrême violence qu’il y a entre les prisonniers, alors mieux vaut-il ne pas avoir peur du sang pour le regarder !

 Le rythme du film est entraînant, les acteurs sont bons ( Tahar Rahim, Niels Arestrup, Adel Bencherif …) et on fini par s’attacher au personnage principal, qui malgré ses actes, semble être plus faible, plus sensible que les autres prisonniers.

Mis à part quelques scènes d’une grande violence (le film est interdit aux moins de 12 ans) il est à voir, surtout si on apprécie le génie du réalisateur (voir  » De battre, mon coeur s’est arrêté  » )  alors profitez-en, il vient de sortir en DVD !

La rafle

1 avril 2010

On vous aura prévenu, apportez vos mouchoirs !

Surtout si vous ne voulez pas vous résigner à vous moucher dans la manche de votre innocent voisin de gauche, qui à mon humble avis, n’appréciera guère …

Le film de Roselyne Bosh, sorti le 10 Mars 2010, retrace l’histoire de la Rafle du Vélodrome d’Hiver, la plus grande arrestation massive de juifs réalisée durant la seconde guerre mondiale où des milliers d’hommes et de femmes ont été raflés dans plusieurs pays européens.

C’est avec étonnement que j’ai découvert la critique, loin d’être élogieuse des Inrocks, je cite :  « La Rafle du Vel d’Hiv en imagerie pieuse. Une purge. »

Certains journalistes trouvent au film un manque de sincérité, d’originalité et de la naïveté; pour ma part je ne suis pas d’accord avec leur point de vue, estimant difficile de parler de la Rafle du Vel d’Hiv de manière originale, soyez de mon avis ou non .

Le film commence avant l’arrestation, c’est à dire avant le 16 juillet 1942 où le petit Joseph doit affronter les railleries des passants face à l’étoile jaune cousue sur son blouson. Son père, joué par Gad Elmaleh, qu’on avait plus l’habitude de voir dans des rôles comiques se révèle être un excellent acteur.

Suit ensuite l’impressionnante scène du Vélodrome d’Hiver où des centaines de milliers de juifs sont entassés, mourant de soif et de faim et où il leur est presque impossible de retrouver leurs proches tant l’espace est restreint.

Quand à Mélanie Laurent, elle interprète avec beaucoup de réalité le rôle d’ Annette Morod une infirmière mobilisée pour soigner les raflés et qui, durant tout le film les suivra jusqu’au camp de concentration avec l’aide du médecin joué par Jean Reno.

Quand aux enfants, ils sont émouvants et leur présence dans le film apporte une grande émotion, avant tout dans les bouleversantes scènes de séparation.

Certes, beaucoup d’autres films ont déjà traités sur le thème de la Rafle du Vel d’Hiv’ mais l’avantage de celui là est que, hormis le fait qu’il est très réaliste dans la représentation des scènes ou du Vélodrome d’Hiver, il raconte le parcours des raflés, de la Rafle jusqu’aux camps, et cela a rarement été vu auparavant.

Le seul et unique inconvénient est que, en sortant de la salle, vous n’aurez qu’une envie, celle de vous jeter sur un pot de nutella (ou de confiture lait ! ) pour tout oublier …

Gainsbourg,vie héroïque

25 mars 2010

Lorsqu’on est une inconditionnelle (ou presque) de Gainsbourg comme moi, on ne pouvait pas rater le nouveau biopic sur l’homme à la tête de choux du réalisateur Joann Sfar sorti le 20 Janvier 2010.                                                                                               

Entre l’anniversaire de machine, le repas chez machin et la disserte de français, difficile de trouver une date pour aller voir le film tant attendu; et puis finalement le grand jour est arrivé, le jour où j’ai pu, enfin, tenir entre les mains LA place de cinéma.

Les avis sur le film étaient mitigés, beaucoup appréhendaient le fait que le film soit réalisé par Joann Sfar plus connu comme auteur de bandes dessinées que comme réalisateur et qu’il tombe dans le piège du biopic c’est à dire faire un ennuyeux copier-coller de la vie de Gainsbourg. 

Mais c’est tout à fait ce que Sfar réussi à éviter en nous montrant un film d’une grandiose originalité et en retranscrivant la vie du chanteur de manière surprenante en jonglant entre un Gainsbourg à l’âge de 8 ou 9 ans et un Gainsbourg à l’âge adulte.

En effet, c’est l’acteur Eric Elmosnino qui interprète le rôle de notre « fumeur de havanes » sans jamais une seule fois tomber dans la caricature. De plus, la ressemblance entre les deux hommes est frappante, presque troublante. Même taille, même nez mythique, même voix et encore, même charme.

Côté seconds rôles, on y trouve une jolie brochette d’acteurs aussi excellents les uns que les autres tels que la regrettée Lucy Gordon dans le rôle de Jane Birkin, la troublante Laetitia Casta qui interprète avec une étonnante perfection le rôle de Brigitte Bardot ou encore Anna Mougladis, envoûtante dans le rôle de Juliette Gréco.                         

Mais on y voit aussi Sara Forestier (France Gall), Philippe Katerine (Boris Vian), Yolande Moreau (Fréhel) ou encore  Mylène Jampanoï (Bambou).

Seul point faible, certains pourraient trouver étrange la façon dont Joann Sfar représente le Gainsbarre avec une sorte de marionnette accompagnant Elmosnino dans la quasi totalité de ses scènes. Mais n’oublions pas que Sfar est avant tout dessinateur de BD et qu’il a voulu tuer le côté trop classique du biopic en y ajoutant une légère pointe d’originalité, et qu’il, je trouve,réussi avec bravoure !

Maintenant il ne vous reste plus qu’à attendre la sortie du film en DVD si vous n’avez pas eu l’occasion de le voir au cinéma, et surtout n’oubliez pas : SHEBAM ! POW ! BLOP ! WIZZ !

Welcome !

24 mars 2010

Bienvenue sur mon blog très chers et gentils lecteurs !                                                                                                                          

Voici mon tout premier article consacré à la présentation de ce blog.                                                                              

Un premier article c’est un peu comme le premier mot écrit dans un cahier d’école, on ne sait jamais comment commencer; on le regarde pendant de longues minutes avec envie sans trop savoir quoi faire et puis finalement après quelques secondes d’hésitation on se jette à l’eau … pour ensuite tout effacer, et tout recommencer !                                                                                                                                                                                                    Excusez cette piteuse image, c’était juste histoire de dire quelque chose :p                                                                                   Bon, comme vous l’avez judicieusement remarqué, ceci est un blog sur le cinéma dans lequel je ferai de temps à autre la critique d’un film.                                                                                                                                                                                                          Le film pourra être très récent comme ne pas l’être, mais notez simplement que toutes les critiques que je ferai  seront aussi sur des films qui auront pu me déplaire. 

                                                                                                                                Oh, et pour finir, sachez que je n’ai que 15 ans et que je ne suis pas une vraie cinéphile même si j’ai un grand intérêt pour le cinéma, alors je vous en pris, soyez indulgent ! 😉

Bonne lecture !  🙂

Inès